Enragé

À Calgary, Lindsay Istace enseigne le yoga dans les cris, jurons et autres sons de métaux lourds. De quoi s’agit-il ? Du « Rage yoga » ou yoga enragé. Dans cette classe de yoga vous n’entendrez donc pas « namaste », mais des mots beaucoup plus colorés.
Et au lieu d’un studio rempli de soleil, le cours a lieu dans un sous-sol mal éclairé du centre-ville de Calgary.
Les mélodieux sons sereins qui imprègnent généralement une classe de yoga classique sont remplacés par des bruits de broyage de métaux lourds ou de la musique heavy metal. Les participants peuvent même troquer la bouteille d’eau pour un verre de bière s’ils le désirent. Et enfin, le prix du cours inclut une réduction sur les pintes de bière du Pub Dickens.
Mais la caractéristique la plus distinctive du Rage Yoga est le hurlement de jurons et les gestes offensifs (comme le majeur levé), le but étant de libérer le stress en ajoutant de l’humour aux postures de yoga séculaires.
« Je suis une personnalité colorée », déclare L. Istace, la fondatrice de ce yoga à CBC. Je voulais créer une pratique dans laquelle je me sentais à l’aise, car quand j’ai commencé à aller à des cours de yoga, je ne me sentais pas à ma place, leur approche était beaucoup trop sérieuse. »
Istace, qui est aussi contorsionniste et cracheuse de feu, reconnaît que le Rage Yoga n’est pas une nouvelle discipline du yoga, mais qu’elle apporte une attitude plus décontractée.
Selon son site rageyoga.com, les mouvements sont basés sur le Vinyasa yoga, mais à un rythme plus lent.
Istace a créé le Rage Yoga suite à une douloureuse rupture. « Lorsque vous créez un espace qui vous permet d’être en colère, de crier et jurer, il est alors bien difficile de se prendre au sérieux, continue-t-elle. Donc, nous passons rapidement de la colère au rire. Certaines personnes trouvent la paix de manière différente et pas seulement dans un studio de yoga, où tout est zen et parfait. Moi je trouve ma paix dans le chaos! »
Une participante, Vanessa De Souza, a voulu tenter l’expérience par curiosité. Elle aussi s’est déjà surprise à éclater de rire lors de séances traditionnelles. « Les instructeurs nous disent des phrases comme vous êtes un arbre. Ça m’est arrivé de pouffer de rire! Mais les gens sont si sérieux durant les cours, j’avais l’impression de déranger », lance-t-elle.
Colleen Trumble, une autre pratiquante régulière de Rage yoga confirme : « Je trouve l’atmosphère de cette classe plus facile. Si vous tombez, vous pouvez rire. Vous ne sentez pas que vous dérangez la « tranquillité » de la classe. Et les postures sont plus faciles, je peux sentir que j’accomplis quelque chose. »
Pour certains professeurs de yoga, il ne s’agit pas de «vrai yoga», car crier des jurons, boire de la bière et faire du yoga ne sont pas compatibles. Istace admet que « ce n’est pas pour tout le monde et que c’est très bien ainsi. Tout le monde a droit à sa propre opinion. Différentes choses fonctionnent pour différentes personnes ». Elle espère prochainement intégrer dans sa pratique des visites de différentes brasseries à travers le Canada.
Cbc.ca

Auteur de l’article : yogamond

Laisser un commentaire