Les vrais hommes ne font pas de yoga – 1ere partie –

Rédigé par | Nouvelles style de vie, Nouvelles Yoga

Parivritta Janu Sirsasana Revolved Head To The Knee Pose

En général pour se changer les idées, se vider la tête ou libérer l’énergie accumulée, les hommes jouent avec une raquette de tennis ou une crosse de hockey, et bien peu osent s’exposer dans des classes de yoga. Pourtant, les hommes représenteraient désormais environ 20 % des classes de yoga en Amérique. Le changement est en marche.

« Les vrais hommes ne font pas de yoga »
Sur le site web de Psychologytoday, un homme témoigne : « J’ai connu un étudiant diplômé perpétuellement stressé. Il était si anxieux qu’il en faisait de l’insomnie quotidienne. Je lui ai suggéré simplement d’essayer un cours de yoga et sa réaction a été violente. Il était totalement anti-yoga et il m’expliqua que nul homme, même très en phase avec son côté féminin, ne devait être vu dans un cours de yoga. Je pratique moi-même le yoga depuis 10 ans; dans mes premiers cours, la salle était pleine de femmes chantant en choeur « Namaste » et « Shakti » sur fond de flûtes autochtones. J’avoue que je m’y suis parfois ennuyé, mais ces cours m’ont fait sentir beaucoup moins stressé ».

Les hommes ont la nécessité et la responsabilité de se soigner, de grandir et d’évoluer. Un homme s’avançant avec courage pour travailler avec d’autres hommes dans une classe de yoga est une étape puissante dans la quête de son bonheur.

Face à un premier cours de yoga, les hommes ont en général une des deux réactions suivantes : ils vont essayer et reviennent en disant : « Je me sens mieux dans mon corps et mon esprit, même si j’ai exposé mes faiblesses. Je sors du cours de yoga animé d’un sentiment de mieux-être ».
Sinon, ils choisissent de ne pas le faire de crainte de paraître trop faibles et que les femmes se moquent d’eux.
Combien d’hommes disent : « Je suis trop rigide pour faire du yoga. » Trop rigide pour faire du yoga! Cela revient à dire que vous êtes trop sale pour prendre une douche!

Témoignage de Finn Eoin
« Au début, même les simples asanas étaient pénibles; je me débattais dans une mare de sueur pour me tenir dans la posture du chien tête en bas, mais il est devenu clair pour moi que sur le plan physique, aucune autre séance d’entraînement ne pouvait me fournir cette combinaison de force et de souplesse, cette grâce et cet équilibre, et en prime, la capacité de me concentrer! Nous devons travailler tous nos muscles, même ceux entre nos deux oreilles.
J’ai réalisé que, dans la plupart des sports, je traite mon corps avec agressivité. Lorsque j’ai découvert le yoga, j’ai vu qu’il était le complément parfait pour ce que je voulais vivre dans ma vie. La pratique du yoga est comme une salle de gym, un temple et une université.
Tout ce que nous avons à faire est de mettre notre ego de côté, et les bienfaits du yoga peuvent commencer ».

Défi émotionnel à surmonter
En général, pour se changer les idées, se vider la tête ou libérer l’énergie accumulée, les hommes jouent avec un ballon de basket, une raquette de tennis ou une crosse de hockey. Dans ces sports traditionnels de rivalités, le but est de battre l’autre. Ainsi, l’homme en posture de V inversé risque d’être encore à la recherche de quelqu’un à battre ou à dépasser. Pour les hommes, activité physique rime avec compétition. « En effet, la première chose que beaucoup d’hommes découvrent en entrant dans un studio de yoga, c’est qu’ils sont en territoire étranger. Et ils ont besoin d’un défi, dit Judith Lasater, auteure de six livres sur le yoga. Les femmes viennent souvent au tapis plutôt pour chercher un refuge ».

Un peu d’histoire
Jusqu’en 1950, le yoga était le domaine exclusif des hommes. L’ouverture du centre de Sri Krishnamacharya et d’autres professeurs de yoga légendaires comme Sivananda, a permis aux femmes d’intégrer peu à peu cette discipline. Cinquante-cinq ans plus tard, 80 % des pratiquants de yoga sont des femmes. Et bien des hommes sont gênés d’entrer dans une classe de yoga.
Sur le plan anatomique, les hommes sont plus forts, mais moins souples que les femmes. De plus, l’esprit rationnel des hommes utilise de manière différente les techniques de yoga et de méditation. Pour un homme, il est peut-être facile de se concentrer; néanmoins, il lui est difficile d’accepter que des événements n’aient pas une explication logique.

Pour les femmes seulement
Janice Gates, auteure de Yogini : le pouvoir des femmes dans le yoga et propriétaire du « Jardin yoga » en Californie, raconte :
« Au début des années 90, lorsque je pratiquais l’Ashtanga Yoga, je me souviens avoir constaté avec surprise que la pratique avait été conçue par et pour les hommes, et qu’elle avait une saveur très masculine. Or, la plupart de mes élèves à cette époque étaient des femmes qui avaient soif d’espace sécurisé et sacré pour exprimer leurs difficultés personnelles ou discuter de ce qui ne fonctionnait pas pour elles. » Dans son enseignement, J. Gates met l’accent sur la méditation et la réflexion personnelle, et moins sur la technique dans les poses.
Angela Farmer, qui enseigne dans le monde entier et gère un centre de retraite en Grèce, célèbre l’occasion d’enseigner ses retraites de femmes et déclare « qu’il y a certainement besoin, dans nos vies si occupées et si compétitives, d’une place pour revenir à la beauté d’être simplement une femme », dit-elle. « Quand j’enseigne seulement aux femmes, c’est plus intime. Je me sens moins comme l’enseignante, et je suis plus présente pour inspirer, encourager et soutenir. On devient toutes des « sœurs », un sentiment profondément nécessaire de nos jours ».

Pour hommes seulement
De son côté, Bruce Bassock a décidé d’ouvrir une classe destinée seulement aux hommes, car le yoga avait complètement changé sa vie et il trouvait vraiment important que les hommes aient aussi un endroit pour se retrouver entre eux.

Salles de musculation dominées par les hommes et studios de yoga pleins de femmes
« Les premières classes dans les années 1980 ciblaient surtout les femmes », raconte Roberto Morales, directeur du Club Mansfield de remise en forme au centre-ville de Montréal. « Beaucoup de mouvements de danse ont été incorporés dans les cours, ce qui n’attirait guère les hommes. Cependant, les hommes se rendent bien compte actuellement que leur manque de flexibilité limite aussi leur capacité athlétique ».
Yasmin Fudakowska-Gow, enseignante au centre OM de l’ouest de Montréal, a également remarqué cette tendance : « Les cours de yoga se répartissent en 75 % de femmes et 25 % d’hommes, ce qui correspond aux statistiques standards. Par contre, plus des deux tiers de sa clientèle privée sont des hommes. Elle pense que les hommes commencent à réaliser peu à peu qu’à mesure qu’ils vieillissent, ils doivent maintenir leur flexibilité et leur force en plus de prévenir les blessures, ce qui est valable autant pour les athlètes que pour les anciens athlètes ou les personnes occupant des emplois de bureau. Malheureusement, les hommes pensent souvent que le yoga n’est pas assez compétitif, ils pensent que c’est trop facile, mais ce n’est pas le cas, au contraire c’est plutôt difficile ».

Chiffres
Un nouveau sondage du magazine Yoga Journal suggère que les hommes représenteraient désormais 23 % des classes de yoga en Amérique, soit 15 millions d’amateurs. « Deux à trois ans plus tôt, le nombre était de 10 à 15 % », explique Kathryn Arnold, directrice de la revue. Cent trente clubs sportifs de la côte est américaine affirment que leurs cours de yoga attirent maintenant trois fois plus d’hommes qu’il y a trois ans. Pour les classes d’avant-midi, les deux tiers à trois quarts sont masculins. Il s’agit surtout d’hommes d’affaires, d’entrepreneurs ou d’agents immobiliers. « Les hommes ont tendance à favoriser les types de yoga les plus athlétiques tels que le Vinyasa et l’Ashtanga ».
Contrairement aux exercices d’étirement de routine que les hommes trouvent ennuyeux, le Vinyasa offre à la fois une variété et un peu de défi sportif. Une classe de 1 h 30 passe vite quand on enchaîne continuellement les postures. Ils découvrent que tenir les asanas construit la force – non la force brute d’un élévateur de puissance, mais plutôt la résistance à la traction, comme dans les arts martiaux.

Obstacles sociaux
Les lois restrictives d’immigration américaine des années 1900 ont induit un retard de croissance de la propagation de la culture des Indes sur ces rives. De ce fait, seule une poignée de yogis influents sont arrivés ici au cours des décennies. Une importante enseignante, Indra Devi, d’origine russe, mais ayant été formée en Inde, est arrivée aux États-Unis dans les années 1940 et a été soutenue par la célèbre cosmétologue Elizabeth Arden. Arden a alors encouragé ses clients à essayer le yoga. Quelques années plus tard, le professeur Richard Hittleman publiait des livres de yoga et montrait à la télévision seulement des femmes dans les postures. Il faudra attendre le Power Yoga dans les années 1980 pour attirer davantage d’hommes, mais l’opinion dominante avait déjà pris racine : le yoga était pour les femmes au foyer.

Comment savons-nous que le yoga fonctionne vraiment ?
Dans une étude américaine comprenant 287 étudiants (des deux sexes), des chercheurs de la Ball State University ont constaté que 15 semaines de yoga augmentaient de 10 % la capacité pulmonaire, par rapport au groupe témoin.
À force de ne parler que des avantages physiques, on oublie de montrer combien le yoga offre un bonus de taille : la façon dont elle aiguise le mental. Des athlètes comme Zito et Garnett avouent que la respiration méditative calme leurs nerfs et aiguise leur attention pendant l’action.


Paul McQuillan, instructeur de yoga au Centre Bikram Yoga de Toronto, résume les bienfaits :
Travaille tout le corps. 
Dans les sports comme le hockey, le tennis ou le football, vous utilisez seulement 10 à 15 % du corps, tandis que le yoga offre une séance d’entraînement qui touche tous les muscles. La pratique oxygène le sang, créant plus d’énergie lorsque vous avez terminé l’exercice au lieu d’épuiser. Il augmente votre force, vous fait sentir plus conscients et revitalisés. Vous travaillez sur tous les systèmes : cardiovasculaire, osseux, musculaire et endocrinien.

Vous vous sentez plus connecté à la terre, moins égocentrique et plus calme.

Dans la chambre.
Guarasana est une posture qui envoie du sang frais et de l’oxygène aux organes sexuels, c’est donc un exercice particulièrement bénéfique aux hommes, pour revitaliser leurs prouesses de chambre !

Diminue les douleurs musculaires 
Lorsque les muscles sont fatigués, ils sécrètent de l’acide lactique, et le yoga, qui libère les tensions, aide à se débarrasser de ce liquide.

Laisser aller l’ego. Les hommes ont du mal à laisser aller leur ego. Or dans le yoga, vous allez entraîner votre esprit à cesser de penser au travail, à ce que vous allez avoir pour le dîner ou si les Raptors vont gagner la partie.

témoignages
M. X. : « Le yoga fut mon secret honteux durant deux ans. Tous les deux jours, mon professeur venait à 6 h du matin pour me forcer à faire ma série qui commençait par des asanas impossibles et finissait par la respiration alternée. Vous ne pouvez pas imaginer combien écrire cela sur mon blog m’est difficile. Cela a commencé quand, à cause de mes maux de tête, un ami m’a suggéré le yoga. En une semaine, mes maux s’étaient envolés. Seuls le football et la boxe trouvaient grâce à mes yeux, ce qui est toujours le cas maintenant. C’est pour cela qu’il est si dur de réconcilier le lotus et chanter Om en conservant mon estime de soi ».
Source : blogs.telegraph.co.uk

M. Y. : « Je suis le seul gars qui vient avec une certaine régularité au cours de yoga de ma salle de gym. J’ai développé une meilleure résistance que les haltères ne m’avaient jamais apportée, et je suis devenu plus flexible que je ne l’aurais cru. 

Cela dit, dans cette première classe remplie de femmes, je me sentais quelque part entre la mauviette et le pervers.
Peut-être que les cours de yoga ne sont pas « dominés » par les femmes, mais « ignorés » par les hommes? Le sentiment « hippie » que j’avais du yoga a été mon plus gros obstacle.
Au début, j’ai souvent été remercié pour apporter mon énergie masculine à la pratique. Finalement, il importait peu que je sois le seul garçon ».
Source : dangerousharvests.blogspot.com

Bob Eriksen, 52 ans, dans le développement immobilier en Californie, a opté pour cinq à six classes de yoga par semaine. Il raconte : « Je ressens après mon cours une lueur qui dure toute la soirée. Je sens que mon corps se réveille, que ma circulation est meilleure. C’est comme si vous aviez enfin trouvé comment votre corps devrait se sentir ».
Dans le passé, quand vous parliez aux hommes de yoga, ils avaient immédiatement en tête des images de femmes de Lululemon psalmodiant des versets en sanskrit et pliant leurs corps dans des positions impossibles. Pour l’adepte de hockey ou de basket, le yoga était aussi attrayant qu’une comédie romantique. Cependant, avec le temps, les vieux stéréotypes ont changé, les femmes ont investi les terrains de football, tandis que plus d’hommes font la posture du chien tête en bas.

Sources: psychologytoday.com, www.canadianliving.com, Namaste.com,
Dans le prochain numéro: Ce qu’il faut savoir pour un homme qui veut démarrer le yoga. Le yoga des athlètes, des témoignages et des conseils. Comment amener un homme à frapper à la porte d’un studio de yoga.

Dernière modification: septembre 17, 2019

X
- Entrez votre position -
- or -